Utilizamos cookies propias y de terceros para realizar labores analíticas y mostrarle publicidad relacionada con sus hábitos de navegación. Al continuar navegando aceptas nuestra Política de Cookies.

AUTEURS :

Isabel Rodríguez González
Rosana Sánchez Fábrega
(Kinésithérapeutes)
1.- INTRODUCTION
2.- ÉVALUATION ANALYTIQUE ET FONCTIONNELLE DU PATIENT.

3.- TRAITEMENT
3.1.- OBJECTIFS DU TRAITEMENT
3.2.- KINÉSITHÉRAPIE
3.3.- ERGOTHÉRAPIE.

4.- ÉTAT ACTUEL DU PATIENT.

5.- CONCLUSIONS ET RÉSULTATS.

1.- INTRODUCTION

Données du patient : A.C, patient âgé de 70 ans, vit dans une maison de retraite (Salvador de Pedroche, Córdoba) depuis 2004, après un AVC sur son lieu de travail (69 ans à l’époque).


Antécédents personnels :diabète mellitus type II.

Avant son accident cérébral, Agustín était quelqu’un d’actif. Il s’occupait de sa femme malade tout en continuant son travail aux champs. Il exerçait également la fonction de Président du Foyer des Retraités de Pedroche, organisant des voyages et participant à de nombreuses activités proposées par le centre.

A.C. nous raconte son accident : il était en train de s’occuper de sa femme à l’hôpital lorsqu’il a été pris de nausées et a ressenti une sorte de fourmillement au bras gauche. N’y prêtant guère attention, il est rentré chez lui où il a préparé et mangé son dîner. Il s’est ensuite rendu aux champs, a pris son tracteur et s’est mis à labourer son oliveraie. Se sentant toujours nauséeux, il a décidé de remettre son travail à un autre jour. Il s’est ensuite rendu au Foyer des Retraités où il a commandé une boisson tonique. Puis, sa vue s’est troublée et il avait du mal à rester debout. Il s’est alors rendu au Centre de santé de Pedroche où il a été transféré à l'Hôpital régional del Valle de los Pedroche à Pozoblanco (localité située à 8 km de Pedroche). Après la consultation à l’hôpital, le médecin n’a décelé aucune pathologie importante. Agustín est monté à l'étage où se trouvait son épouse pour continuer à s’occuper d’elle. Il a ensuite mangé un yaourt puis s'est endormi. En se réveillant, il s'est rendu compte qu'il ne pouvait plus parler. Il est donc retourné aux Urgences de l’hôpital où peu de temps après il a constaté qu’il ne pouvait plus bouger le bras et la jambe gauches.

Il a ensuite été mis en observation puis hospitalisé à l'étage. On lui a alors diagnostiqué un infarctus cérébral droit. Lors de sa semaine d’hospitalisation, il a reçu des soins de kinésithérapie qui, selon Agustín, étaient de moindre importance puisqu’il ne notait aucun changement. L’assistante sociale de l’hôpital lui a conseillé un transfert vers une maison de repos au vu de son invalidité. C'est là que nous l'avons rencontré.

Admission à la maison de repos : notre patient a été admis à la maison de repos le 21 avril avec une hémiplégie gauche et une altération de la marche. C’est pourquoi il se déplaçait en fauteuil roulant (passage du fauteuil au lit). Il n’avait aucune mobilité dans les membres supérieurs. Nous n'avons constaté aucun dommage au niveau de la parole, de la paralysie faciale, de la vision et au niveau cognitif. Le patient présentait d’importants symptômes dépressifs puisqu’il s’émouvait facilement en se rappelant son passé et en se voyant incapable de retrouver une vie normale. Cependant, il faisait toujours preuve de volonté à récupérer et à collaborer activement à n'importe quel traitement.

2.- ÉVALUATION ANALYTIQUE ET FONCTIONNELLE DU PATIENT.

Bilan articulaire et musculaire : amplitude articulaire conservée dans les membres inférieurs et supérieurs droits. Douleur ressentie dans les membres inférieurs droits. Flexion de l’épaule limitée à 130° et abduction à 110°. Aucune limitation à la mobilité passive au niveau du coude et du poignet.

Le bilan musculaire effectué sur les membres inférieurs et supérieurs droits présentait une force musculaire de degré 5 (selon l’échelle de Mitchell). L’épaule et le coude gauche avaient une force musculaire de degré 2 puisque l’on notait une contraction musculaire dans les muscles du bras et de l’avant-bras mais aucun mouvement visible du membre. Toutefois la main et les doigts gauches avaient un degré de contraction nul puisqu'aucune contraction du muscle n'a été constatée.

On note également une hypotonie musculaire au niveau du tronc puisque le patient ne contrôle pas son équilibre en position assise et n’a pas de réactions d’appui avec le membre supérieur sain.

Tel qu'indiqué auparavant, le patient est en fauteuil roulant et son membre supérieur gauche est en écharpe.

Évaluation fonctionnelle : le patient a besoin d’aide pour les activités de la vie quotidienne sauf pour manger car il est droitier. Incapacité à se tenir debout sans assistance. Contrôle des sphincters.

Évaluation cognitive : le patient ne présente aucun dommage au niveau cognitif. Il peut lire et écrire correctement.

Évaluation sociale : il crée des liens avec les résidents et les employés. Il est agréable et sympathique.

Évaluation des loisirs et du temps libre: le patient assiste à certaines activités du département d’Ergothérapie mais il est très indépendant.

Kinésithérapie neurologique