Utilizamos cookies propias y de terceros para realizar labores analíticas y mostrarle publicidad relacionada con sus hábitos de navegación. Al continuar navegando aceptas nuestra Política de Cookies.

AUTEUR :

Ludwing Vincenzo Romero Funiciello,Technicien Supérieur Universitaire en Kinésithérapie
Valencia - Venezuela
H.S Frenkel était surintendant médical du Sanatorium Freihof de Suisse. Il a réalisé une étude sur le tabes dorsalis et a préconisé une méthode de traitement de l’ataxie, syndrome fréquent de la maladie, via des exercices systématiques et gradués. Dès lors, ses méthodes ont été utilisées dans le traitement des troubles de la coordination résultant de nombreuses autres maladies, notamment la sclérose disséminée.

Il a préconisé l’obtention de la régulation volontaire du mouvement via l’utilisation de n'importe quelle partie du mécanisme sensoriel restée intacte, notamment la vue, l'audition et le toucher, pour compenser la perte de la sensation kinesthésique. Le processus d’apprentissage de cette méthode alternative de régulation est similaire au processus requis pour apprendre chaque nouvel exercice. Ses principes essentiels sont :

  • La concentration de l’attention.
  • La précision.
  • La répétition.

L’objectif final est d’obtenir la régulation du mouvement, de façon à ce que le patient soit capable de l’effectuer et acquière la confiance nécessaire à la pratique de ces activités. Ces dernières sont essentielles pour son indépendance dans la vie quotidienne.

Frenkel considérait que même si sa voie sensitive était touchée, le patient tabétique-ataxique pouvant apprendre à effectuer un mouvement complet au moyen de la répétition constante, ce qui lui permettait de maintenir son sens musculaire.


Les exercices basés sur les principes de Frenkel sont utilisés pour l’enseignement du mouvement doux et de la précision, en soulignant particulièrement l’objectif principal qui est d'aider le patient à effectuer les activités normales de la vie quotidienne.


Progression

  • La progression s’effectue en modifiant la rapidité, l'amplitude et la complexité de l'exercice.
  • Les exercices doivent être de plus en plus durs sans pour autant en augmenter la puissance.
  • Le travail ne doit en aucun cas être fatiguant ou impliquer une grande charge musculaire. Afin de progresser dans son exécution, le patient doit effectuer parfaitement l’exercice auquel cas il ne pourra pas en faire d’autres.
  • La progression doit respecter la difficulté de précision des exercices. Ainsi, au début, on effectuera des mouvements fondamentaux de grande amplitude utilisés dans les grandes articulations et ces mouvements seront ensuite remplacés par des mouvements plus fins et précis des petites articulations (préhension). Par ailleurs, les mouvements seront d'abord effectués rapidement puis lentement.
  • La progression est définie selon le degré d'incapacité. Les exercices de rééducation débutent en position allongée, tête relevée et membres fermement appuyés puis passent en position assise et enfin debout.
  • Les exercices seront d’abord effectués les yeux ouverts puis les yeux fermés lorsqu'ils seront parfaitement réalisés.
Kinésithérapie neurologique