Utilizamos cookies propias y de terceros para realizar labores analíticas y mostrarle publicidad relacionada con sus hábitos de navegación. Al continuar navegando aceptas nuestra Política de Cookies.

AUTEUR : Eva Barón Castaño
Physiothérapeute. Membre universitaire : 3821 . Colegio Oficial de Fisioterapeutas de La Comunidad de Madrid. (Ordre des physiothérapeutes de la Communauté de Madrid.)
Collaboratrice de la Commission de physiothérapie respiratoire et de gériatrie de l’Ordre.

INTRODUCTION

La fibrose kystique ou mucoviscidose est une maladie chronique héréditaire et généralisée touchant les glandes exocrines en particulier celles du pancréas et de l’arbre bronchique. Dans cet article, l'accent va être mis sur l'affectation respiratoire de ces glandes au vu de leur importance dans le traitement par physiothérapie respiratoire.

  • -Au niveau du pancréas, on assiste à une obstruction des conduits pancréatiques avec concrétions éosinophiles amorphes et déficience des enzymes pancréatiques qui en découle (affectant la digestion, l'absorption des graisses, etc.). On constate également une hausse anormale des niveaux d’électrolyte dans la sueur et finalement une cirrhose.
  • Au niveau du poumon, la mucoviscidose provoque une maladie pulmonaire chronique. On assiste à une augmentation de la viscosité des sécrétions entraînant une obstruction des voies aériennes, une altération de la mécanique ventilatoire, ce qui peut aggraver les symptômes faisant apparaître pneumonie, bronchite, bronchectasie, emphysème, fibrose étendue, etc. et dégénérer en hypertension pulmonaire et, dans les cas sévères en une insuffisance ventriculaire droite.

On note également une diminution de la tolérance à l’exercice. Les doigts en « baguette de tambour » constituent généralement une découverte remarquable.

TESTS DX (de diagnostic)

Lors de l’auscultation pulmonaire, on peut relever la présence de râles bulleux et de ronchus (ronflements).

La radiographie du thorax est anormale au début de la maladie et présente des modifications kystiques et des zones fibrotiques.

Augmentation de la concentration de sodium dans la sueur ce qui lui donne un goût salé.

Le test clinique mentionné auparavant s’avère utile.

FONCTION PULMONAIRE

On note tout d’abord une distribution anormale de la ventilation ainsi qu’une augmentation de la différence alvéolo-artérielle en oxygène.

Les tests de la fonction des petites voies aériennes, comme par exemple la détermination de la vitesse de flux avec des volumes pulmonaires bas, permettent de détecter les débuts de la maladie.

On constate une diminution du FEV ou volume expiratoire forcé (VEMS) entre 25-75 % et du FEF soit le flux expiratoire forcé qui ne répond pas aux bronchodilatateurs.

Le VR (volume résiduel) et la CRF (capacité résiduelle fonctionnelle) sont augmentées et il est possible d’obtenir une perte de l’élasticité 1 accompagnée d’une augmentation de la conformité 2.

MOTS CLÉS

Héréditaire, obstruction, généralisé, traitement palliatif, physiothérapie respiratoire.

TRAITEMENT MÉDICAL

La personne naît sans lésions et c’est à partir de sa naissance que ces dernières commencent à apparaître. Comme énoncé auparavant, l’hypersécrétion glandulaire sécrète des bactéries. Dans ce cas, l'administration d'antibiotiques est indiquée en plus de l'utilisation de bronchodilatateurs en présence de bronchospasme.

•  capacité à récupérer sa forme normale en éliminant la pression sans présenter de désorganisation ou expression de la mesure de la capacité pour se faire, (unités de changement de pression par unité de changement de volume)
•  capacité de distension

TRAITEMENT DE PHYSIOTHÉRAPIE

•  OBJECTIFS :
éliminer les sécrétions
prévenir les difformités et déséquilibres entre muscles inspiratoires et expiratoires.

améliorer la qualité de vie
•  TRAITEMENT :
A) Éliminer les sécrétions
Nous procédons à l’auscultation afin de savoir où se situent les sécrétions. En l’absence de zones distinctement affectées, le drainage de ces dernières s’effectue des zones basales aux zones médianes.

Nous ne travaillerons pas en position inclinée en présence d’insuffisance cardiaque droite.

Avant le drainage, nous effectuerons un traitement par aérosol et utiliserons des inhalateurs et des bronchodilatateurs. Si le patient prend des antibiotiques, ce traitement aura lieu à la suite du drainage.

En outre, il est important d'effectuer le traitement avant les repas et en aucun cas immédiatement après.

Si l’élimination des sécrétions s’avère difficile, nous utiliserons la ventilation à pression positive intermittente durant un maximum de 4-5 jours et sans excéder les 10 cm d’H2O.

•  Techniques employées :

EDIC :
technique employée pour éliminer les sécrétions que l’on peut trouver dans les voies de petit calibre, périphériques.

Le patient est en position de décubitus latéral, le poumon à traiter est en position supra-latérale, dans la position où le lobe affecté est le plus exposé à la gravité.

On va demander au patient d'expirer puis d’inspirer à volume augmenté et débit faible. Comptez quelques secondes en apnée puis demandez-lui qu'il expire lèvres retroussées. Lors de l’inspiration du patient, le physiothérapeute va pousser vers l’avant si le lobe atteint est le lobe postérieur et vice versa. Cette technique combine à la fois ventilation et position.

ELTGOL :
expiration lente totale glotte ouverte en infra-latéral
On emploie cette technique afin d’éliminer les sécrétions des voies de dimension moyenne.

Nous allons placer le poumon affecté en position infra-latérale.

On va demander au patient d’inspirer normalement puis d’expirer le plus lentement possible avec la glotte ouverte.

TEF
technique d’expiration forcée.

On va demander au patient d’inspirer puis d'expirer à débit élevé et faible volume.

Pour effectuer la TEF, on utilise un protocole afin de prévenir les situations de risque :
1-respiration de repos durant une minute.

2-expansion thoracique : ventilations dirigées vers la zone de sécrétions du 2 ou avec l’objectif d’amener le volume d’air maximum vers la zone à traiter.

3-TEF : trois continues au maximum.

À la fin, on effectue à nouveau le protocole à partir du point un et ce, jusqu'à l'élimination des sécrétions.

Nous allons éviter d’effectuer la TEF en position de décubitus latéral.

TOUX
  Elle s’effectue de la même manière que la TEF sauf qu’entre l’inspiration et l’expiration, nous allons introduire quelques secondes d’apnée suivies d’une « quinte de toux » en se penchant vers l’avant.

Comme on aura pu l'observer, je n'effectue pas de drainage postural pour diverses raisons prouvées scientifiquement :
 -Il s’agit de positions déduites d’une orientation théorique (elles coïncident seulement avec env. 10 % des patients).
-L’arbre bronchique bouge lors de l’inspiration-expiration dans les trois dimensions de l’espace.
-La gravité agit sur les corps en fonction de leur poids, laquelle est très petite dans le cas des sécrétions que l’on trouve dans les bronches, surtout les bronches de petite taille et de taille moyenne.En outre, ces sécrétions ont une grande force d'adhésion.
-Une augmentation du drainage du poumon infra-latéral suite au drainage pulmonaire a été démontrée.
B) Prévention de l’apparition de difformités et rééducation diaphragmatique :
nous indiquons comment bien utiliser le diaphragme grâce à une ventilation dirigée et à une respiration costale correcte et nous favorisons les muscles abdominaux expiratoires.

CONCLUSION

La fibrose kystique est une maladie pouvant se déclarer entre 2 et 4 mois chez le nourrisson. Actuellement, les patients atteints de cette pathologie dépassent les 20 ans. Le traitement que reçoit le patient est essentiellement palliatif mais il peut aider à améliorer le pronostic vital ainsi que la qualité et la durée de vie.

Comme il s’agit d’une maladie chronique, le travail des professionnels de santé est primordial sans oublier la collaboration des parents.

Ces dernières années, la physiothérapie a connu un plein essor dans le cas de la fibrose kystique mais aussi dans de nombreuses pathologies respiratoires. Dans les deux cas l'amélioration peut être spectaculaire grâce à notre collaboration. Je pense qu’il est indispensable de nous faire connaître, d'informer les gens et de leur donner le sentiment que nous pouvons les aider.

BIBLIOGRAPHIE

-Dorland- Diccionario Médico –ED Mc Graw Hill. Interamericana.

-Harrison-Manual de Medicina -ed Mc Graw Hill. Interamericana.

-West “Fisiopatología Pulmonar”-ed panamericana.

-West “Fisiología Respiratoria”- ED panamericana.

-H.Rouviere “Anatomía Humana”-Ed Masson.

-Dr. Helmut Keudel “ Enfermedades infantiles”- ED Everest

-Review article à “EFFICACY OF DIAPHRAGMATIC BREATHING IN PERSONS WITH CHONIC OBSTRUCTIVE PULMONARY DISEASE “ Lawrence P. Cahalin, MA,PT, CCS; Malinda Braga, MSPT; Yoshimi Matsuo, PT; Edgar D. Hernandez, PT.

Kinésithérapie respiratoire