Utilizamos cookies propias y de terceros para realizar labores analíticas y mostrarle publicidad relacionada con sus hábitos de navegación. Al continuar navegando aceptas nuestra Política de Cookies.

Jesús Guodemar Pérez.

Diplômé en Physiothérapie.

Diplômé en Nutrition humaine et Diététique.

Professeur de Physiothérapie générale.

Université Alfonso X "El Sabio" (« le sage »).

Membre du Comité de Rédaction de l’Ilustre Colegio de Fisioterapeutas de Madrid.

Il s’agit d’une maladie idiopathique et chronique caractérisée par des douleurs sur divers endroits du corps et par une fatigue généralisée. Actuellement, entre 400 000 et 1 200 000 espagnols souffrent de fibromyalgie et plus particulièrement les femmes âgées de 30 à 60 ans.

Cette maladie n’est pas exclusivement féminine. Les hommes sont également touchés mais moins fréquemment. L’hypothèse la plus plausible quant à son apparition est basée sur des niveaux relativement bas de sérotonine, substance impliquée dans la régulation de la douleur. Les scientifiques ne rejettent pas l’entière responsabilité sur cette baisse de sérotonine perçue comme facteur déclencheur de la maladie mais la distinguent comme étant la cause fondamentale de l’augmentation des symptômes.

Le symptôme principal est une douleur générale et diffuse affectant une large superficie du corps ainsi qu’une sensation de fatigue permanente. L’engourdissement des membres, la raideur articulaire, des difficultés à dormir ainsi que les points-gâchette peuvent faire partie des autres symptômes décrits par les patients.

Dans la majorité des cas, on procède au diagnostic de la fibromyalgie par élimination. Les radiographies tout comme les analyses affichent des résultats normaux et, pour diagnostiquer la maladie, on établit que le patient présente 11 points douloureux à la pression et points de topographie caractéristique lors de l’examen. Il est primordial qu’aussi bien le malade que ses proches comprennent qu’il s’agit d’une maladie bien réelle. On s’attend donc à ce qu’à la suite de multiples visites chez divers spécialistes, le malade et sa famille arrêtent de douter des souffrances provoquées par la maladie. Autre facteur déclencheur de la fibromyalgie : une préoccupation excessive face aux petits désagréments de la vie quotidienne. Pour cela, on recommande au malade et à ses proches un changement de mentalité en tenant compte des difficultés de la vie et en essayant de profiter au maximum des petits bonheurs quotidiens. L’obésité peut d’autre part être facteur de surcharge du système musculo-tendineux et qui dans l’immédiat ne va pas permettre une bonne récupération du patient.

La physiothérapie joue un rôle important dans cette maladie. Le traitement s’effectue dans les moments d’exacerbation de la pathologie. La massothérapie (lente et superficielle), la thermothérapie (lampes solaires et infrarouges) et l'hydrothérapie (douches à l’eau chaude et à pression sur la zone douloureuse) font partie des techniques que nous allons utiliser. Il ne faut pas oublier que les étirements à froid peuvent s’avérer très efficaces chez certains patients. D’autre part, la pratique d’un massage décontracturant ou stimulant est contre-indiquée car elle augmente la douleur.

Néanmoins, le meilleur traitement que nous pouvons offrir aux patients atteints de fibromyalgie est la compréhension. En effet, ces derniers réagiront automatiquement de manière positive lorsqu’ils percevront l’intérêt porté à l’amélioration de leur pathologie. Cette empathie nécessaire à l’exercice professionnel de notre fonction s’avère plus économique que les traitements modernes et est bien trop souvent mise à l'écart.

Pour plus d’informations :
http://www.saludhoy.com/htm/mujer/articulo/fibromi1.html
http://www.fibromialgia.net/
Société espagnole de rhumatologie

Kinésithérapie en rhumatologie