Utilizamos cookies propias y de terceros para realizar labores analíticas y mostrarle publicidad relacionada con sus hábitos de navegación. Al continuar navegando aceptas nuestra Política de Cookies.

AUTEUR : meRelajo.com – exercices de relaxation en ligne
http://www.merelajo.com/

Il est important de préciser que la relaxation est ici une technique de physiothérapie. La décontraction musculaire est sans nul doute l'un des résultats les plus faciles à obtenir et ce, avec pratiquement n'importe quelle technique connue. Rares sont les pathologies où les contractures ne représentent pas une difficulté supplémentaire. C'est pour cette raison que le physiothérapeute pourra obtenir des résultats supérieurs à l’aide de techniques utiles et propres à la physiothérapie telles que la relaxation.

Il est bon de rappeler que les techniques de relaxation les plus utilisées actuellement ont été créées, développées, enseignées et mises en pratique par des physiothérapeutes et médecins ; de même qu'il existe des professions et paraprofessions qui semblent s'approprier tout ce qui peut démontrer leur efficacité, comme la relaxation dans ce cas précis. Ces derniers sont responsables lorsqu'ils ne tiennent pas compte des secteurs professionnels nous appartenant de droit. Ils se consacrent à diverses ressources personnelles, professionnelles, y compris en milieu éducatif universitaire, au développement de masters techniques dont la responsabilité ne couvre pas l'assurance que nous offre les écoles professionnelles. Ceci est pour le moins curieux.

La relaxation représente toujours un supplément dans l’attention portée au patient, que ce soit dans l’aspect curatif ou préventif. La prévention prendra de plus en plus d’importance au sein du système hospitalier puisqu’une assistance hospitalière qui se consacrera majoritairement aux soins sera submergée de demandes de patients voulant être soignés.

Les gens croient souvent qu’à la suite de lésions non traitées, on peut toujours recouvrer la santé. Il s’agit là d’une supercherie en autres responsable d'une majorité des problèmes du service de santé.

Un nombre considérable de pathologies graves telles que les déviations vertébrales, les pathologies circulatoires ou dégénératives sont faciles à prévenir en suivant les indications d’un physiothérapeute. Deux aspects nécessaires mais négligés au sein de l'assistance hospitalière constituent le travail du physiothérapeute : la conception d’un système physique préventif et la gestion adéquate des thérapies physiques permettant une amélioration notable de la santé. Le troisième aspect, celui de l’administration des médicaments, est une défense thérapeutique aussi unique qu’étendue, même si on la confond encore avec tout le reste. Un tout, qui, s'il est appliqué en exclusivité, génère des déséquilibres aussi importants que ceux qu’il résout.

Il existe une proposition de traitement physiothérapeutique ayant peu d’effets iatrogènes de même que des techniques et des thérapies pour soigner les pathologies physiques sans effets secondaires.

N’importe quelle méthode s’enracine profondément dans la découverte du corps et de tout son pouvoir. La physiothérapie favorise le contact avec la nature du corps lui-même. La relaxation ne peut être un acte thérapeutique isolé telle qu’elle est parfois représentée. Il s’agit plutôt d'une alliée puissante complétée par les techniques telles que le massage, la kinésithérapie, les étirements, les techniques de repos, la proprioception, les techniques de correction de la posture, l’élimination des troubles dystoniques, etc.

Lors de la relaxation, le sujet conscient, par le biais de l’attention volontaire, influe sur la totalité de son être. Il atteint une harmonie et parvient à récupérer l’équilibre perdu.

Lors des premières étapes de la relaxation, le patient perçoit des changements. Il ressent comme un renforcement de la sensation de poids ou une augmentation de la chaleur ressentie. Tel que Schultz nous l'indique, ces sensations résultent de changements végétatifs au niveau vasculaire comme le relâchement des parois des vaisseaux. Petit à petit, la relaxation va permettre d’accéder aux avantages d’un état de conscience favorisant l’équilibre interne, particulièrement au niveau moteur, et de ce fait de bénéficier à n’importe quel aspect de la vie étant en relation directe avec le mouvement volontaire et son contrôle.

La concentration favorise un état d’équilibre corporel, ressenti comme une unité, sans divisions aucune du corps, de l’esprit, du psychisme, de l’âme, etc. divisions peut-être intéressantes pour ce qui est abstrait mais peu utiles concernant le concret.

Par « relaché » on entend : être doté de plus d’énergie. Un muscle relâché et disponible est un muscle se trouvant dans une situation énergétique supérieure. Un muscle relâché sera plus énergique, mieux préparé et sera plus efficace. Tant chez le sportif que chez l’entraîneur, la relaxation favorisera un niveau plus important de récupération, de repos et de calme et lors de l’action, une performance plus élevée avec moins d’effort.

La relaxation est une technique expérimentale. Elle ne doit pas être transmise par un non pratiquant sous peine de fausser la réalité. De ce fait, le principal danger et problème de la relaxation sont sa diffusion par des personnes qui ne la pratiquent ni personnellement, ni par thérapies avec leurs patients.

En relaxation, on devra toujours se concentrer sur l’élève plus que sur la méthode. L’élève ou le patient passe en premier. En relaxation, le groupe de travail constitue la façon dans laquelle l’expérience subjective peut être communiquée, interprétée et partagée librement.

Les états de tension produisent indéniablement des changements physiologiques. Ces changements nous apparaissent comme étant désagréables, sinon insupportables, au vu de la surutilisation continue des mécanismes d'adaptation au changement. Cette souffrance organique s'accompagne d'une perte constante d'énergie. Développer la capacité à contrôler à volonté les états de tension excessive : il s'agit là d'une arme thérapeutique de gros calibre utilisée parallèlement à d’autres moyens et techniques de physiothérapie.

Une fois que l’élève peut expérimenter la relaxation, il commence à différencier plus efficacement les états de tension et de relâchement et à pouvoir contrôler volontairement le passage d’un état à un autre.

L’état de relaxation peut être évalué de manière expérimentale par les changements qu’il provoque au sein de diverses variables physiologiques : pouls, pression artérielle, réponse galvanique, etc.

Prise comme un entraînement, la relaxation permet un développement de la capacité kinesthésique à différencier les degrés de tension musculaire et, à partir de là à orienter le tonus vers un degré optimal. Imaginer des perceptions visuelles modifie la perception du degré de tension des muscles oculaires. La perception de la douleur diminue lors de l’état de relaxation, d’où son importance comme agent interrupteur du cercle tension-douleur-tension. L’aspect fondamental de la relaxation est l’attention sans effort. La tension suppose une concentration d’efforts et une dépense énergétique. La relaxation suit depuis le début un critère différent. C’est une technique inventive qui ouvre la porte du self-control et de l’augmentation de l’énergie à travers l’équilibre. Elle crée un type de repos très spécial et absolument nécessaire pour le corps.

Être relâché ne signifie pas être passif mais permet de préparer le corps à l’action et d'augmenter l’énergie. L’énergie ou l’énergie vitale est indispensable à tout processus de récupération. Vivre c’est agir et vibrer. Le repos, plus qu’essentiel, doit stimuler les processus énergétiques qui permettront l’action.

Tous ces éléments sont nécessaires pour permettre au patient d'évacuer la tension, de développer son self-control pour se relâcher sans effort, sans peur de perdre l'habitude de la tension.

Dans certains cas, il peut être utile au patient de rédiger un bref résumé de sa propre expérience de la relaxation. Après avoir appris la technique, on peut voir brièvement comment l’obtenir, y compris à travers un texte non technique sur la relaxation. Il suffit d’effectuer l’exercice avec le tonus et le rythme adéquats.

Une certaine confusion règne quant à la libération de la tension psychique de l'organisme qui éliminera la tension physique et vice versa. Le corps est soit détendu et se prépare à l’action en augmentant sa puissance soit tendu et perd de l’énergie. Le corps détendu augmente le seuil de perception de la douleur. Culturellement, on identifie les séquences de contractions comme étant de la douleur mais le schéma est rompu grâce à la thérapie de relaxation. Appliquer la relaxation en préparation à l'accouchement est une évidence. Néanmoins, les accouchées reçoivent généralement des conseils et une préparation si médiocre que dans de nombreux cas, les résultats ne sont rien d’autre qu’une caricature. L’être humain n’a pas de corps, il est son corps. Notre capacité à nous voir comme soma, comme organisme vivant est fondamentale pour parvenir à contrôler ce que nous sommes. Cela inclut que nous devons développer notre aspect sensitif, ce dernier impliquant un mouvement interne. La concentration peut être orientée vers l’intérieur, nous effectuons une approximation des sensations musculaires et laissons la partie externe à l'extérieur. Le changement, la commutation au sein de la conscience sont générés par une qualité d’attention différente. On se tournera davantage vers la qualité des perceptions internes plutôt que sur leurs aspects quantitatifs. D’une part, l’augmentation de la sensibilité procure une sensation différente et permet le mouvement sans perturbations. La kinésithérapie, utilisée quotidiennement comme expérience thérapeutique, s’avère indispensable au travail de relaxation. Le mouvement, pris comme un élément transmetteur de rythme, d’élasticité et d’auto-expression fournit, à travers la sensibilité même, la découverte de particularités propres et permet d’améliorer les qualités motrices à travers les activités quotidiennes. D’autre part, nous exploitons la capacité que nous avons à rester volontairement dans un état d’immobilité consciente comme moyen de développer l’attention sans effort. Une posture équilibrée, stable et immobile facilite le point de départ pour explorer les différents états du tonus lui-même. La conscience de l’immobilité facilite le passage à la conscience de l’activité.

L’exploration systématique et attentive de changements minimes, perceptibles intérieurement, permet d’obtenir une plus grande capacité à capter les changements observables. En peu de temps, on peut arriver à prendre conscience du fait qu’il y ait des personnes, des endroits ou des situations qui nous procurent une tension et à voir de quelle façon cette dernière se manifeste (augmentation du tonus musculaire). Cette capacité de différenciation ouvre la porte au processus thérapeutique. Même lorsqu’on est confronté à des difficultés semblant compliquer l’apprentissage, si à un moment on parvient à identifier la sensation selon laquelle des éléments externes provoquent une tension musculaire, on pourra être certains que l'apprentissage a de grandes chances de réussir. Je peux désormais reconnaître que je suis soumis à des influences externes et que je peux opter pour des changements internes ce qui n’était pas le cas auparavant. La relaxation est un entraînement qui augmente le potentiel propre à chacun, tout comme il renforce celui du sportif et améliore ses qualités musculaires.

Nous sommes ainsi faits qu'il nous est impossible d'améliorer une fonction sans que cela implique irrémédiablement une amélioration complète. Le moindre changement suppose une nouvelle relation de tout le corps, une réalité différente. L’amélioration, si elle existe, est intégrale. Pour cela, lorsque nous acquérons un nouveau contrôle sur la tension musculaire, nous pouvons l'appliquer de manière dynamique aux demandes les plus diverses. Des concepts tels que le tonus psychique (tonus spirituel ou tonus de l’âme) sont à laisser de côté. Le tonus n’est autre qu’une question musculaire, fonction que nous pouvons contrôler facilement, simplement avec un peu d’attention et en obtenant les instructions appropriées. L’apprentissage de la relaxation varie selon les individus, même en étant effectués en groupe, l’expérience et le développement de son propre contrôle restent un processus créatif.

Le développement de la perception est propre à chacun. Dès que l'élève améliore cette perception, les tensions inutiles diminuent et la forme et le tonus adéquats apparaissent. L’équilibre entre une méthode d’application individuelle et la capacité à la pratiquer en groupe relève du spécialiste. Ce dernier doit à la fois être en mesure de distinguer les tensions physiques du patient et de lui faire faire une interprétation subjective pour savoir où et comment il ressent la tension.

CONCLUSION

Nous allons adopter des postures et attitudes correctes. Nous corrigerons les troubles dystoniques, les déséquilibres musculaires grâce à des techniques physiques variées. Après avoir instauré un équilibre corporel (effet secondaire direct), les personnes face à nous seront pleines d’énergie. Elles auront développé un calme énergique et stable.

Nous appliquons une thérapie musculaire et nous constatons que des pathologies déterminées, une série de caractéristiques disgracieuses de même que nos habitudes bien ancrées disparaissent. L’économie énergétique négative s'est comme volatilisée. L’augmentation de l'énergie physique (effet indirect) prouve l'efficacité de notre technique qui ne se borne pas aux aspects neuromusculaires. L’appui considérable et le bénéfice du processus thérapeutique apparaissent comme effet secondaire de la collaboration avec l’élève. Il s’agit là d’une réussite obtenue à partir d'une technique expérimentale, qui une fois apprise, vous accompagnera toute votre vie, vous apportant de multiples bénéfices.

FRANCISCO BARRIOS MARCO
PHYSIOTHÉRAPEUTE
VOS CONNAISSANCES SUR LA RELAXATION PEUVENT ÊTRE APPROFONDIES SUR LE SITE

Kinésithérapie Générale - Autres