Utilizamos cookies propias y de terceros para realizar labores analíticas y mostrarle publicidad relacionada con sus hábitos de navegación. Al continuar navegando aceptas nuestra Política de Cookies.

DIEGO PINTO
Étudiant en seconde année de Thérapie physique. Université de Salvador. Niveau Master.

Pathologie

Il s’agit de la compression du nerf médian dans son passage à travers le canal carpien. Ce canal peut être comparé à une coulisse ostéofibreuse de forme ovale possédant une paroi dorso-latérale composée par les os du carpe et une paroi antérieure constituée du ligament annulaire antérieur du carpe. C’est par là que passent les tendons des muscles fléchisseurs des doigts et le nerf médian. En raison de l’inextensibilité du canal, le nerf médian est facilement comprimé par n’importe quelle cause, ce qui altère la relation contenu-contenant. Il peut s’agir de fractures ou luxations du carpe, de fractures de Pouteau-Colles, d’hématomes, d’arthrite rhumatoïde, de synovite, de ténosynovite, de tumeurs ou de kystes, de troubles endocriniens (ménopause), d’une grossesse et de collagénopathies. Dans la plupart des cas, il n’y a pas de cause précise : on note uniquement une hypertrophie du ligament annulaire antérieur du carpe (perte dans la relation normale contenu-contenant). Cette neuropathie peut être provoquée par des mouvements répétés de l’articulation du poignet associés à des tâches professionnelles spécifiques et des activités sportives sollicitant fortement l'articulation du poignet. À cause de la répétition des mouvements, le canal carpien peut s’enflammer ou s’irriter et comprimer le nerf médian.

Parmi les manifestations cliniques les plus courantes figurent en premier lieu une sensation d'engourdissement, une sensation de fourmillement ou de démangeaison dans les trois premiers doigts de la main et une douleur. Ces symptômes empirent durant la nuit, réveillant le patient, où à l’aube. Ensuite, si la compression continue, le patient évoque une lourdeur dans le mouvement de la main, des difficultés à pincer, à prendre des objets et à bouger le pouce, une inflammation au niveau du bras et de l'avant-bras et une atrophie des muscles de l'éminence thénar.

Kinésithérapie en orthopédie