Utilizamos cookies propias y de terceros para realizar labores analíticas y mostrarle publicidad relacionada con sus hábitos de navegación. Al continuar navegando aceptas nuestra Política de Cookies.

Jorge Rodrigo Rodríguez
professeur à l’École Universitaire de Physiothérapie de Tolède (U.C.L.M. Université de Castilla-La-Mancha)

Le présent rapport cherche à démontrer que les champs d’action de la physiothérapie sont bien plus larges que les champs classiques cardio-respiratoires, appareil locomoteur et système nerveux. La physiothérapie se définit réellement et exclusivement par le type d’agents thérapeutiques employés, ces derniers étant toujours d’ordre physiques, et non par le territoire organique sur lequel elle agit. Ce territoire comprend la totalité de l’organisme humain et les dysfonctionnements pouvant se produire dans ce même territoire.

Il est indéniable que, pour parvenir au plein développement professionnel, la physiothérapie doit être répandue sur le plan académique et ce, jusqu'à la licence, au doctorat et au sein des spécialités. Parmi ces spécialités et en étant déjà apparenté à la fonction d’assistance de la profession, il convient de mentionner toute une série de champs spécifiques dans lesquels l’attention physiothérapeutique peut jouer un rôle de premier plan.

Parmi ces nouveaux champs, on peut en premier lieu distinguer l'ophtalmologie et l'optométrie qui se différencient de par leur spécificité et leur originalité. Il semblerait intéressant que la méthode de Physiothérapie Ophtalmologique, que j’exposerai brièvement par la suite, atteigne la diffusion la plus large possible en tant que champ spécifique à la physiothérapie et ce, avant que d’autres professionnels ne se l’approprient.

Ainsi, depuis le début de ce siècle, il existe une méthode de travail pour le traitement des altérations visuelles. Cette méthode fut développée par l'ophtalmologue new-yorkais Dr. William Bates à partir des connaissances empiriques des indiens des prairies américaines qui utilisaient ces techniques pour améliorer leur acuité visuelle.

Le mérite du Dr. Bates fut de doter ces techniques d’une base scientifique et d’en systématiser leur usage. De cette façon, il a démontré que l’œil possédait un composant anatomique et fonctionnel musculaire très important. Il a également démontré que le phénomène d’accommodation ou mise au point n’était pas seul responsable de la musculature ciliaire (qui borde le cristallin, variant son rayon de courbure ou sa puissance optique selon qu’elle se contracte ou se décontracte), mais que les muscles péri-oculaires étaient aussi responsables de l’accommodation, en plus d’effectuer les mouvements de l'œil. De la même manière, il a prouvé l’influence indirecte, mais très importante, des altérations de la statique rachidienne cervicale dans l’irrigation de l’œil et des voies nerveuses annexes et a prouvé de quelle manière son travail adapté améliorait la vision.

Toutes ces techniques de kinésithérapie ont été enrichies par d’autres techniques, en provenance des champs de l’actinothérapie, de l’hydrothérapie, de la massothérapie, de la rééducation posturale et même de la réflexologie. Ces techniques de physiothérapie, pratiquées de manière adéquate, permettent d’arrêter et de restituer le processus de perte visuelle et de nous offrir la possibilité de donner une mise au point totalement nouvelle dans le traitement des pathologies fonctionnelles et, dans de nombreux cas, organiques, de l'appareil oculaire.

Je vais en second lieu vous exposer brièvement les possibilités qu’offre la physiothérapie et ce, dans des champs insoupçonnés : je mentionnerai la physiothérapie en urologie, en gynécologie et obstétrique, dont les effets bénéfiques sont aujourd’hui de plus en plus connus et employés, non seulement pour traiter la dysfonction du sol pelvien mais aussi dans le traitement des affections viscérales comme la dysménorrhée essentielle ou les adhérences post-chirurgicales. Je souhaiterais aussi mentionner les possibilités thérapeutiques qui existent dans les champs tels que l’oncologie et pas seulement dans le domaine palliatif. Des expérimentations effectuées en France ont permis de donner une approche bioélectrique au phénomène des tumeurs malignes (et pas seulement biochimique, qui représente l’approche médicale traditionnelle). C’est de cette manière qu’est apparue la dénommée « négativation électrique » vue comme une réponse thérapeutique et dans laquelle le patient était soumis à un champ électrique négatif de basse intensité et ce, durant des périodes de temps prolongées. Cela provoquait la récupération et l'involution des phénomènes dégénératifs (non seulement avec le cancer mais aussi avec d’autres pathologies telles que l’artériosclérose ou de nombreuses maladies rhumatismales). Concernant l'Espagne, une mention toute particulière revient au travail du Dr. Pedro García Férriz sur la bioélectricité, dont nous apprenons le fonctionnement dans son livre « L’électricité du corps humain ».

D’un autre côté, les réflexothérapies dérivées de la médecine orientale, telles que l’acupuncture ou le shiatsu, permettent de fournir des thérapies dans de nombreux syndromes fonctionnels dont le traitement conventionnel, à base de médicaments, provoque trop souvent des complications iatrogéniques. Ces techniques ont démontré leur utilité dans de nombreuses pathologies pour lesquelles la médecine occidentale n’offre que très peu de résultats. Il s’agit de pathologies telles que les douleurs chroniques, les dystonies neurovégétatives, y compris les altérations organiques comme les anémies ou les cirrhoses hépatiques.

La physiothérapie constitue l’une des branches fondamentales de la médecine d’urgence. Il est aisé d’oublier que la réanimation cardio-pulmonaire est une technique de thérapie physique. De fait, un médecin nord-américain a élaboré le massage cardiaque externe à partir de certaines techniques de kuatsu (art martial japonais) que l’on utilisait pour réanimer les combattants évanouis. Les autres mesures de thérapeutique physique en médecine d’urgence sont les règles posturales (posture de sécurité, élévation des membres inférieurs, etc.) et la compression sur les points d’hémorragie, etc.

D’autres champs relatifs à la physiothérapie et à découvrir dans toutes leurs possibilités thérapeutiques sont les réflexothérapies occidentales parmi lesquelles figure la sympathicothérapie qui consiste à stimuler les points de la muqueuse nasale pour traiter certains dysfonctionnements, y compris des dysfonctionnements d'organes et d’appareils n’ayant rien à voir avec les fosses nasales ou les voies respiratoires. La réflexothérapie plantaire fait aussi partie de ces champs relatifs à la physiothérapie. Il s’agit d’une forme de massage ponctuel s’appliquant sur la plante des pieds et ayant des effets sur tout l’organisme. Autre exemple de technique de réflexothérapie à cheval entre la médecine occidentale et orientale : l’auriculothérapie. Grâce à la stimulation mécanique (par de petites aiguilles, aimants ou même des graines) de certains points du pavillon auriculaire, l'on va obtenir des effets thérapeutiques dans toute l'économie organique.

La physiothérapie viscérale est une application qui en général est aussi méconnue qu’ancienne. Le traitement de maladies viscérales au moyen du massage, l’électrothérapie, les thérapies manuelles et la kinésithérapie sont relativement anciens, leur usage ayant été délaissé aux mains des guérisseurs, masseurs et ostéopathes d’origine douteuse. Ainsi, nous remarquons que des patients souffrant d’affections comme la constipation, l’hernie du hiatus, la congestion hépatique, et même de types de syndromes néphrotiques déterminés et d’altérations prostatiques, sont susceptibles de recevoir un traitement physique ou mécanique pouvant éviter une prescription prolongée et même parfois la chirurgie.

En psychologie et psychosomatique, nous notons l'utilité de certaines techniques pour aborder ce type de problèmes. De cette manière, nous possédons toute une gamme d’exercices de relaxation comme la prise de conscience corporelle, le développement de la coordination et la dextérité et même des techniques de déblocage émotionnel et de désinhibition corporelle qui peuvent s'avérer extrêmement utiles chez ces patients.

Des techniques spécifiques ont été développées en oto-rhino-laryngologie pour traiter les altérations de la voix (aphonie, enrouement, pharyngite non-infectieuse) comme c’est le cas avec la technique Alexander, ou pour traiter les altérations de l’équilibre et le vertige soignés par les techniques de rééducation vestibulaire. Il existe même une électrothérapie applicable à ces cas au moyen d’une électrode spéciale.

La physiothérapie esthétique est également à mentionner. À l'égal de la chirurgie esthétique effectuée par les chirurgiens, ce sont les physiothérapeutes qui devraient procéder à la physiothérapie en esthétique. Malheureusement, aujourd’hui, les esthéticiennes et autres professionnels étrangers à la physiothérapie emploient des techniques comme le drainage lymphatique, l'électrostimulation, la cryothérapie, l'ultrason ou la kinésithérapie corrective. Ces méthodes sont employées sans connaissance précise, avec les préjudices que cela peut supposer pour le patient-client mais aussi pour le véritable professionnel de la physiothérapie.

Enfin, il ne faut surtout pas oublier de mentionner l’application de la physiothérapie dans des disciplines telles que l’ergonomie et la bio-ingénierie. Les connaissances en biomécanique et au sujet des troubles de la posture et du mouvement chez l'être humain font du physiothérapeute un professionnel indispensable dans ces disciplines.

Ce bref résumé nous a permis de revoir les champs d'application possibles de la physiothérapie. Nous avons pu constater que les connaissances relatives à notre spécialité sont très étendues, tant en quantité qu’en qualité. Il y a ici suffisamment de raisons pour obtenir la licence, le doctorat et même se spécialiser.

Ce petit discours fait office de présentation de l’unique prix Nobel en Physiothérapie jusqu’alors (Prix Nobel de Médecine en 1903). Il s’agit du Dr. Niels Ryberg Finsen qui a abandonné la pratique de la médecine traditionnelle pour faire des recherches sur l’application de la photothérapie sur le lupus érythémateux, la variole et la tuberculose, parvenant à d’excellents résultats.

J’aimerais qu’il serve de modèle pour que, dans un futur pas si lointain, on puisse assister à une augmentation de prix Nobel dans cette profession. Kinésithérapie Générale - Autres