Utilizamos cookies propias y de terceros para realizar labores analíticas y mostrarle publicidad relacionada con sus hábitos de navegación. Al continuar navegando aceptas nuestra Política de Cookies.

Les courants diadynamiques ont été abondamment utilisés depuis que Bernard en a fait une innovation dans le monde de l’électrothérapie. Actuellement, ils sont toujours présents sur les appareils de traitement à courants variables de basse fréquence disponibles sur le marché.

L’appareil utilise un courant alternatif de 50 Hz d’une durée de 10 ms et avec 10 ms de repos. En variant le type d’onde et de phase, l’on obtient un ensemble de techniques diverses qui permettent d’agir sur le tissu vivant avec des caractéristiques et des dénominations spécifiques.

Il s’agit d’un type de courants basé davantage sur des tests empiriques que sur la constatation physiologique de ses effets. Finalement, ces appareils ont été remplacés par des appareils de Tens plus avantageux, qui incluent des types de courants moins gênants et des effets calmants plus importants que les courants diadynamiques.

Voici certains des types d’électrothérapie diadynamique les plus utilisés :
         - Monophasé fixe. Fréquence à 50 Hz, utile pour obtenir une bonne contraction musculaire.

         - Diphasé fixe. Fréquence à 10 Hz. Effets analgésiques semblables à ceux de la Tens.

         - Courtes périodes. Elles combinent un effet excito-moteur et calmant. Les courants monophasés fixes et diphasés fixes sont alternés à intervalles d'une seconde. On obtient un effet de pompage musculaire et analgésique.

         - Longues périodes. Onde monophasique fixe constante, à laquelle s’ajoute périodiquement une onde diphasique. Elles ont des effets similaires quant à la capacité de contraction et d’analgésie que les courants diadynamiques de courtes périodes. Elles ont toutefois davantage d’intensité.

         - Rythme syncopé. Il s’agit d’un courant à 0,5 Mz de fréquence avec forte stimulation excito-motrice.

Auparavant, il était normal d’inclure des appareils avec base galvanique sur laquelle agissaient les courant diadynamiques. À cause du risque des effets polaires que cela représentait, très peu d’appareils offrent aujourd’hui cette modalité.

Électrothérapie