Utilizamos cookies propias y de terceros para realizar labores analíticas y mostrarle publicidad relacionada con sus hábitos de navegación. Al continuar navegando aceptas nuestra Política de Cookies.

AUTEURS : les étudiants inscrits en spécialité Kinésithérapie et Rééducation de l’Institut de la Clinique Ricardo Palma de Lima, Pérou.

Définition

Maladie touchant les cellules nerveuses motrices du cerveau et de la moelle épinière et provoquant la perte progressive du contrôle moteur.

On dénombre trois types de SLA :

  1. Sporadique: il s’agit de la forme la plus fréquente (environ 90 % des cas). La maladie apparaît de manière aléatoire (au hasard), sans aucune cause connue et sans hérédité.
  2. Familial: la maladie semble posséder une part héréditaire.
  3. Territorial ou de Guam: on a pu observer une forte incidence de la maladie sur l’île de Guam (Pacifique).

La SLA ou Sclérose latérale amyotrophique est une maladie touchant les parties du système nerveux chargées du contrôle du mouvement des muscles volontaires.

Le mot «amiotrophique» signifie «sans nutriment musculaire» et se réfère à la perte des signaux que les nerfs envoient normalement aux muscles. «Latéral» signifie «sur le côté» en référence au placement de l’atteinte de la moelle épinière. «Sclérose» signifie «durcissement» par rapport à l’endurcissement de la moelle épinière dans le cas de la SLA avancée.

Aux États-Unis, la SLA est aussi connue sous le nom de maladie de Lou Gehrig du nom d’un joueur de baseball de l’équipe des Yankees, mort de cette maladie en 1941. En Angleterre et dans d’autres pays, la SLA est souvent connue comme la maladie des neurones moteurs, faisant référence à la perte des cellules provoquée par cette maladie.

Les cellules qui contrôlent les muscles, ou neurones moteurs, se divisent en deux catégories. Les neurones moteurs supérieurs, localisés dans la partie supérieure du cerveau, exercent un contrôle sur les neurones moteurs inférieurs placés dans le tronc cérébral et la moelle épinière.

Les neurones moteurs inférieurs sont unis directement aux muscles au moyen de «câbles» appelés axones. Les faisceaux de ces axones sortent de la moelle épinière et s’étirent vers les muscles. C’est de ces faisceaux dont parlent les médecins lorsqu’ils font référence aux «nerfs».

Les nerfs moteurs inférieurs ont une fonction directe. Ils envoient des signaux de «fonctionnement» aux muscles. Lorsque ces cellules meurent progressivement, comme c’est le cas avec la SLA, les muscles s’affaiblissent de plus en plus pour ensuite ne plus pouvoir bouger (paralysie).

Les neurones moteurs inférieurs qui contrôlent la majeure partie du corps se trouvent dans la moelle épinière. Les neurones qui contrôlent les muscles permettant de parler, d'avaler et en charge des expressions faciales se situent dans le tronc cérébral. Ces neurones sont parfois appelés neurones moteurs bulbaires, la partie du tronc cérébral qui les contient ayant une forme similaire à un bulbe. Le terme «atteinte bulbaire» signifie que la maladie touche les muscles du visage, de la bouche et de la gorge.

Kinésithérapie neurologique