Utilizamos cookies propias y de terceros para realizar labores analíticas y mostrarle publicidad relacionada con sus hábitos de navegación. Al continuar navegando aceptas nuestra Política de Cookies.

AUTEUR :

Karla Figuera
Kinésithérapeute
Venezuela
Afin de déterminer cette structure anatomique nous devons tout d'abord tenir compte des aspects informatifs qui interviennent dans ce geste y compris les aspects à caractère bioénergétique.

Parmi les aspects informatifs, on trouve la coordination œil-pied, la coordination entre la ceinture scapulaire et pelvienne, la réponse bassin-buste au mouvement, l’équilibre dynamique et la perception de l'objet mobile. Parmi les aspects bioénergétiques, on trouve la force de contraction excentrique du membre inférieur et la vitesse d'exécution segmentaire du membre inférieur.

La mécanique de base de la frappe peut être divisée en plusieurs parties:

  • La marche
  • L’impulsion de la jambe qui frappe, passant d’une position arrière par rapport au buste à une position avancée.
  • Jambe de frappe
  • Jambe d’appui
  • Transfert et détente de la jambe avant après la frappe (action de freinage).

La mécanique de la frappe implique l’utilisation d’une chaîne cinétique incluse dans le pied, laquelle correspond généralement au modèle de marche ou de course. On note toutefois quelques différences, notamment en ce qui concerne la participation du membre en appui, lequel bride et stabilise la hanche, empêchant le corps de se déplacer vers l’avant.

Les articulations de la cheville et du pied contribuent au contrôle et déterminent l’angle de contact qui influencera la direction prise par le ballon.


Il faut aussi retenir que les principes biomécaniques qui influencent le plus la frappe sont les phases de mise en tension rapide du pied suite au mouvement angulaire du genou et du tibia. Ces phases concernent le mouvement, le mouvement opposé et l’équilibre à la fois statique et dynamique.

Kinésithérapie du sport