Utilizamos cookies propias y de terceros para realizar labores analíticas y mostrarle publicidad relacionada con sus hábitos de navegación. Al continuar navegando aceptas nuestra Política de Cookies.

AUTOR
LUIS R. BARRIOS C
Diplômé en Kinésithérapie et Rééducation
La quadriparésie spastique sévère telle qu’on la connaît est le trouble moteur le plus paralysant et grave de tous les types de lésions centrales connus. Dans la plupart des cas, elle présente non seulement des séquelles telles que le déficit cognitif, des déficits visuels, auditifs et de langage mais aussi des complications motrices sévères.

L’approche générale de cette pathologie est limitée par le grand handicap qu’elle provoque chez le patient. Concernant la rééducation physique de cette pathologie, les avancées à court ou moyen terme sont rares puisqu’il s’agit d’un trouble congénital et/ou acquis dans lequel le cortex cérébral est grandement atteint. C’est la raison pour laquelle la majorité des patients intègrent des programmes de rééducation avec une durée de thérapie comprise entre trois et six mois. Une fois rentrés chez eux, ils effectuent un programme d'entraînement adapté. En effet, la plupart des patients sont admis dans des hôpitaux où sont gérés un très grand nombre de malades.

Nous souhaitons une approche sur le long terme plutôt que sur le court ou moyen terme.

L’enfant souffrant de quadriparésie spastique sévère doit être traité sous différents objectifs de ceux auxquels nous avons généralement recours lors de la rééducation. Les programmes conventionnels se dirigent vers les étirements généraux des membres, la thérapie respiratoire, le positionnement et dans un degré moindre vers la stimulation d'activités indépendantes. Ces objectifs ont pour seule option de garder le patient en vie et de lui éviter les opérations d'allongement des tendons. Améliorent-ils toutefois la qualité de vie des patients?

Kinésithérapie neurologique