Utilizamos cookies propias y de terceros para realizar labores analíticas y mostrarle publicidad relacionada con sus hábitos de navegación. Al continuar navegando aceptas nuestra Política de Cookies.

AUTEUR :

Alberto Horacio Reyes, Diplômé en Kinésithérapie (Kinésiologie)
Professeur Damián Pedro Garat (Universidad Nacional de Entre Ríos) 1420 Concordia (3200) Provincia de Entre Ríos. République d’Argentine

INTRODUCTION

Le mot Physiothérapie vient du grec phusis (la nature) et therapeuein (soigner). Étymologiquement, la physiothérapie est un «traitement par la nature», même si aujourd’hui elle est plus connue comme étant un «traitement par les agents physiques». Le changement de sens étymologique est renforcé par l'Organisation Mondiale de la Santé qui en 1958 définit la Physiothérapie comme : «l’art et la science du traitement au moyen de l'exercice thérapeutique, chaleur, froid, lumière, eau, massage et électricité.» Cette définition est primordiale dans l'histoire de la kinésithérapie puisqu’elle mentionne l’exercice thérapeutique comme élément fondamental auquel a recours le kinésithérapeute. D’un point de vue thérapeutique, il s'agit d’un exercice s'effectuant au moyen du mouvement.

Dans le contexte international, le terme physiothérapie s’est développé et est assimilé de manière très différente. De ce fait, hors d’Espagne, nombreux sont les pays où pour le même métier on utilise différents termes. Outre la kinésithérapie, on trouve la kinésiologie et la thérapie physique comme axes centraux d’une même profession à partir de laquelle vont se dessiner plusieurs types de carrières présentant différentes caractéristiques en fonction des pays. Si l'on compare leur évolution au fil des ans, on constate que toutes ces spécialités se complètent. Cependant, des différences sont à noter lorsque chaque terme est mentionné. Par exemple, si l’on demande à un kinésiologue argentin (professionnel équivalent du kinésithérapeute) ce qu’est la physiothérapie, il répondra sans hésiter qu’il s’agit de l’application d’agents physiques à des fins thérapeutiques (onde courte, ultrasons, laser, champs magnétiques, électrostimulation, etc.) et qu’elle n’est qu’une infime partie de la kinésiologie, à laquelle s’ajoute la kinésithérapie (thérapie du mouvement) et la prophylaxie (prévention). Les kinésithérapeutes, les kinésiologues et thérapeutes physiques du monde entier partagent donc le même domaine de médecine mais avec des caractéristiques particulières selon leur pays d’origine. Ces différences font que les gens confondent fréquemment ces spécialités.

En tenant compte de la facilité de communication offerte par Internet et par les autres moyens de communication, il est bon que les gens aient connaissance des différents termes relatifs à la kinésithérapie et que les kinésithérapeutes, kinésiologues et thérapeutes physiques prennent vraiment conscience de cette problématique en essayant d'universaliser la terminologie se référant à notre profession. Dans le monde, lorsqu’on parle de médecin, d'avocat, de psychologue, d'architecte ou de dentiste chacun sait à quoi on fait référence. En revanche, il n’existe toujours pas de terme unique qui regroupe le travail du kinésithérapeute et qui logiquement fait référence à la kinésiologie et à la thérapie physique. La création d’un terme unique peut paraître utopique mais il est bon de savoir qu’il y a encore quelques années, l’Argentine proposait divers types d’universités qui délivraient chacune des diplômes de kinésithérapie, de kinésiologie et de thérapie physique. Le critère de dénomination a ensuite été unifié et actuellement (2006) tous les diplômes octroyés en Argentine sont des diplômes de kinésiologie et de médecine de rééducation. Cela a pris plusieurs années mais finalement les gens comprennent plus clairement de quoi il s’agit quand on leur parle du métier de kinésiologue.

Kinésithérapie Générale - Autres