Utilizamos cookies propias y de terceros para realizar labores analíticas y mostrarle publicidad relacionada con sus hábitos de navegación. Al continuar navegando aceptas nuestra Política de Cookies.

AUTEUR :
Esther Soler Vidal. Physiothérapeute
Francisco Barrios Marco. Physiothérapeute.

INTRODUCTION

Nous exposons ici le résultat de l'application du traitement de rééducation du LCA tel qu'il est décrit dans le livre Traumatologie du genou de V. Concejero et J.M. Madrigal, édité par Panamericana que nous recommandons fortement. Dans la plupart des lésions de ligaments croisés dont nous avons suivi le traitement conseillé, la période de rééducation a sensiblement baissé de sorte que désormais, on récupère d’une lésion du LCA dans un maximum de 3 à 4 semaines suivant l’intervention (sauf quelques exceptions notables).

Il convient de rappeler brièvement l'importance d'évaluer chaque cas individuellement et la nécessité d'éviter de provoquer la douleur chez le patient. Le texte ou les photographies ne sont en aucun cas destinés aux patients ou à des non-professionnels.

RÉÉDUCATION DU GENOU LCA.

TRAITEMENT CLASSIQUE. Paulos et Noyes.
TRAITEMENT ACTUEL. Shelbourne et Nitz.
Traitement classique :
1.- Strict respect de la plastie.

2.- Retard dans l’objectif d’atteindre les amplitudes maximum.

3.- Retard dans le développement de la force.

4.- Durée prolongée du traitement.

Traitement actuel :
1.- Extension complète et précoce du genou
2.- Réalisation de foulées au bout de six semaines.

3.- Incorporation à l’activité professionnelle ou sportive au quatrième mois suite à la reconstruction.

L’important n’est pas de faire passer un protocole avant l'autre mais bien d'observer les aspects biomécaniques qui définissent de manière plus favorable un concept de travail en physiothérapie face à un autre concept.

Fonction du LCA :
Stabilisateur primaire.

Responsable de 85 % de la force délimitant le déplacement du tibia vers l’avant.

Contrôle propioceptif.

Voici ce que Renström a énoncé dans son étude expérimentale du genou sur cadavre :l’activité musculaire simulée des quadriceps tant en isométrie qu’en isotonie dans les derniers 45° d’extension génère une importante augmentation de la force de tension sur la plastie par rapport aux activités provoquées lors de l’extension passive.

Cela met en évidence la nécessité d'obtenir une mobilité passive complète lors des premiers stades de rééducation,de même qu’une attention toute particulière quant au travail de charge au début de la rééducation.

Antagonisme fonctionnel
LCA-Quadriceps : l'action du quadriceps signe la présence d’un tiroir antérieur et le LCA est opposé à cela.

Il existe des travaux mettant en évidence que le travail isométrique et isotonique du quadriceps entre 45° et 0° provoque des forces de tension notables sur le LCA. Cependant, entre 60° et 90° de flexion du genou, il n’y a pas d’entraînement de force de tension sur le LCA.

Par conséquent, lors des toutes premières étapes du traitement de rééducation, le travail résisté en chaîne ouverte à des angles proches de l’extension complète (de 40 à 0 degrés) est déconseillé. L'action du quadriceps est ainsi limitée.

Dans les trois mois qui suivent la reconstruction, on pourra commencer par des programmes conventionnels d'élévation du quadriceps en trajectoire complète et dans les différentes formes de travail musculaire.

Rôle « protecteur » de la fonction des ischio-jambiers :
Le travail résisté de flexion du genou ne va pas entraîner de forces mécaniquement nocives pour la plastie si bien qu’il pourra être entamé dès les premières étapes du traitement.

Exercice de flexion active, premier jour de physiothérapie.

LCA et contrôle propioceptif :
La lésion du LCA suppose un amoindrissement de la fonction propioceptive articulaire.

La présence de mécanorécepteurs au sein du LCA démontre qu’il s’agit d’un organe sensoriel.

Même s’il se reconstruit par une plastie autologue, le déficit propioceptif va se poursuivre. On va alors effectuer des programmes rigoureux de rééducation propioceptive.

Propriétés biologiques et mécaniques des plasties de LCA :
Au vu de l’évolution histologique (nécrose, revascularisation et remodelage) on va imposer une période de protection durant les 10 premières semaines suivant la pose de l’implant. Durant cette période il va falloir :
éviter les techniques de travail musculaire de quadriceps en chaîne ouverte au sein des derniers 40 ° d’extension.

Articulation fémoro-patellaire suite à la plastie du LCA :
La symptomatologie douloureuse d’origine patellaire est en étroite relation avec la présence de déficit d’extension et la présence de crépitation fémoro-rotulienne.

À cette fin, Shelbourne propose son programme de traitement« accéléré » puisqu’il a été prouvé que par des critères conservateurs, on était confronté à davantage de cas de douleur fémoro-patellaire.

Programmes d’élévation des muscles dans les plasties de LCA.

Vitesse : lors des premières phases, on va programmer des exercices de moyenne-haute vitesse. Étant donné que le moment de force généré par un muscle est plus important lorsque la vitesse de contraction est moindre, les vitesses proposées provoqueront moins de vecteurs de charge articulaire et un déplacement du tibia vers l’avant moins fort.

Amplitudes de mouvement :
éviter de travailler avec des charges lors des premières phases et respecter des amplitudes de mouvement comprises entre 40° et 0° d'extension.

On peut effectuer la flexion sans problème et ce dès le départ.

 

Exercice de flexion active, premier jour de physiothérapie

Contraction excentrique-concentrique :
le travail concentrique est plus adapté étant donné qu’il implique une charge mécanique plus importante pour les structures articulaires et tendineuses. Ce type de contraction devra être effectué lors des dernières étapes du traitement et avec la plus grande précaution.

Point d’application de la résistance :
lors des premières phases du travail musculaire, on va appliquer une résistance dans le tiers proximal de la jambe. Les composants de charge mécanique dans l’articulation fémoro-tibiale, fémoro-patellaire et au niveau du tendon patellaire vont être réduits de même que le tiroir antérieur résultant provoqué par l’action du quadriceps.

Importance des exercices en chaîne cinétique fermée lors de la rééducation du LCA.

1-Cela induit la coactivation des agonistes et antagonistes et provoque ainsi moins de forces de cisaillement articulaire. L'activation du quadriceps induira une co-contraction des fléchisseurs du genou qui neutraliseront en partie le tiroir antérieur.

2.- Cela augmente les forces de compression articulaire et par conséquent l’optimisation de la stabilité, la diminution des forces d’accélération, la stimulation des mécanismes de propioception et améliore en définitive la stabilité dynamique articulaire.

3-. Cela augmente la superficie du contact fémoro-rotulien et de ce fait diminue la pression dans la facette articulaire de la rotule.

Pour ces raisons, le travail en chaîne cinétique fermée s’avère très sûr et sans risques. Il peut débuter 2 ou 3 semaines après l'intervention.

Dernière étape du traitement de rééducation

IL N’EXISTE PAS DE PROTOCOLE PARFAIT MIS À PART QUE LES CRITÈRES DE TRAITEMENT DOIVENT S’ADAPTER À CHAQUE PATIENT ET À CHAQUE INSTANT DE SA PROPRE ÉVOLUTION.

 

Patient au bout de trois mois de rééducation. Récupération complète à la suite du traitement tel qu’on peut le constater sur les photos ci-jointes.

On peut y voir les exercices auto-passifs conseillés pour un travail à domicile.

 

 

Exercices à vélo pour augmenter l’amplitude articulaire et développer la résistance.

 

 

Phase avancée du traitement le travail avec une charge en extension complète peut déjà être effectué.

Développement de force dans les ischio-jambiers.

 

 

 

 

 

Exercice auto-passif pour augmenter l’amplitude articulaire lors de la flexion.

 

 

 

 

 

 

 

Première phase de développement de la force en extension avec charge légère et toujours sans douleur.

 

Exercice auto-passif pour l’obtention des derniers degrés d’extension. Ojo: charge progressive en poids et en durée. Sans douleur.

 

Exercice de charge isométrique pour adducteurs et abducteurs. Déplacez-vous sur la droite et restez ainsi durant cinq secondes. Faites la même chose à gauche. Descendez.

 

 

 

 

Exercice de renforcement des mollets.

À la fin du traitement, effectuez des exercices auto-passifs pour obtenir la flexion maximale. Effectuez l’exercice sans à-coups et avec une extrême lenteur. Sans douleur.

Kinésithérapie en orthopédie