Utilizamos cookies propias y de terceros para realizar labores analíticas y mostrarle publicidad relacionada con sus hábitos de navegación. Al continuar navegando aceptas nuestra Política de Cookies.

AUTEUR :

Pedro Gómez Piqueras
Candidat au doctorat de sciences de l’activité physique et du sport.

Étudiant en dernière année de Kinésithérapie. Université de Valence (Espagne)

1. Introduction :

Le football, et davantage celui de haut niveau, est un sport qui nécessite un effort conséquent. Il fait partie des sports collectifs caractérisés par des efforts explosifs individuels. Sa pratique suppose un risque de lésion inhérent.

Cet article a pour but de présenter au lecteur, spécialisé ou non, l’une des lésions les plus courantes de ce sport, à savoir la rupture des fibres de la zone antérieure de la cuisse ou plus concrètement du muscle droit antérieur.

Professionnels ou amateurs, nombreux sont les joueurs qui ont souffert de ce type de lésion au moins une fois dans leur carrière sportive. Ce sont eux qui comprendront le mieux le pourquoi de cet article car dans de nombreux cas, cette lésion les a tenu éloignés longtemps des terrains les amenant même à mettre fin à leur carrière.

Nous avons récemment pu observer des cas concrets tels que celui du défenseur du Real Madrid Jonathan Woodgate ou du Barcelonais Leo Messí pour lesquels les ruptures de ligaments ont provoqué leur mise à l’écart de l’équipe durant de longues périodes. Cela nous fait réfléchir sur la difficulté qu'implique le processus de récupération de cette lésion chez les joueurs professionnels mais aussi chez le sportif amateur.

Mon objectif est de rassembler tous les écrits qui me semblent intéressants et de créer un «tout» autour de cette lésion avec l’aide des kinésithérapeutes, des médecins rééducateurs, des préparateurs physiques, médecins, etc. Il s’agit de soigner le sportif de la manière la plus rapide et la plus efficace qui soit sans risque de rechutes.

2. Structure du muscle squelettique

Tous les muscles sont composés de nombreuses fibres qui varient entre 10 et 80 micromètres. Chacune de ces fibres est formée à son tour par des sous-unités appelées myofibrilles.

Le sarcolemme est la membrane qui recouvre les fibres musculaires qui, à l’extrémité de la fibre rejoint les fibres tendineuses formant les faisceaux tendineux qui donneront naissance aux tendons musculaires qui s’insèreront dans les zones osseuses.

Chaque fibre musculaire contient entre plusieurs centaines et plusieurs milliers de myofibrilles qui à leur tour sont composées de quelques 1500 filaments de myosine et de 3000 filaments d'actine, responsables de la contraction musculaire.

Les sarcomères sont les branches dans lesquelles se divise la myofibrille. Ils sont délimités par les stries Z et mesurent environ 2 micromètres en position de repos musculaire.

Kinésithérapie du sport