Utilizamos cookies propias y de terceros para realizar labores analíticas y mostrarle publicidad relacionada con sus hábitos de navegación. Al continuar navegando aceptas nuestra Política de Cookies.

MANUEL FLORES LARA
KINÉSITHÉRAPEUTE À l’EUCS DE GRENADE
INTRODUCTION

Pour mener à bien cet article, j’ai comparé le corps humain à un puzzle. Une personne qui subit une amputation perd une partie de son corps, ce qui équivaudrait en quelque sorte à perdre une pièce de puzzle. Le patient croit être «complet» et n’est pas conscient de son déficit, puisqu’il continue à ressentir le membre comme s’il était présent. Il s'agit de la sensation du membre fantôme.

DÉFINITION

Le syndrome du membre fantôme est la perception de sensations, en général accompagnées de douleur, sur un membre ayant été amputé. Les patients amputés ressentent leur membre comme s’ils l'avaient encore puisque le cerveau continue à recevoir des messages des nerfs qui, à l'origine, apportaient les impulsions depuis le membre perdu.

PHYSIOPATHOLOGIE

Les mécanismes du membre et la douleur fantôme sont flous et sont encore sujets à controverse. Alors que certains auteurs considèrent que la douleur du membre fantôme est d’origine périphérique et se trouve dans le moignon ou dans les nerfs périphériques différenciés, d’autres pensent que le membre fantôme possède un mécanisme d’origine dans le système nerveux central.

Origine périphérique :

  • Névrite ascendante apparaissant au bout du nerf lésé, provoquant une inflammation.
  1. Association avec pathologie du moignon: récurrence cancéreuse entourant le tronc nerveux périphérique sectionné.
  2. La pression locale et le mouvement dans et autour du nerf sectionné provoquent souvent une douleur au niveau du membre fantôme par l’activation des points-gâchettes.

Origine centrale:

  • La stimulation électrique transcutanée et la stimulation des cordons postérieurs s’avèrent efficaces.
  • Les anticonvulsifs diminuent la douleur.
  • Les anesthésiques locaux injectés dans les nerfs périphériques ne font pas disparaître la douleur.
Kinésithérapie en orthopédie