Utilizamos cookies propias y de terceros para realizar labores analíticas y mostrarle publicidad relacionada con sus hábitos de navegación. Al continuar navegando aceptas nuestra Política de Cookies.

Philippe Muñoz Deletre
Kinésithérapeute diplômé
Le Vertige paroxystique positionnel (VPPB) est un vertige rotatoire d'apparition rapide, accompagné de nystagmus et provoqué par une position particulière de la tête par rapport à l'espace.

Dans la majorité des cas, la cause de ces vertiges est idiopathique. On pense qu’ils peuvent peut-être provenir d’une sorte de vestibulopathie antérieure ou de traumatismes crâniens. Il s’agit de la cause la plus fréquente de vertige périphérique. Son incidence est de 39 % lors d’une consultation en ORL. Son épidémiologie est de deux femmes pour un homme.

Le patients ressentent de vrais vertiges, rotatoires (d’environ 25 secondes) et voient la pièce dans laquelle ils se trouvent tourner. Tout cela est dû à certains mouvements d'extension, de flexion et de rotation de la tête. Les vertiges peuvent se répéter plusieurs fois par jour. La guérison spontanée peut apparaître en quelques jours ou même quelques mois. La durée moyenne est de trois semaines.

La physiopathologie est due à un trouble mécanique de l’oreille interne ou plus concrètement une dégénérescence de la macule utriculaire où se produit une migration des otholites (cristaux de carbonate de calcium) dérivés de l’utricule et qui parviennent à déposer le dépôt lithiasique dans l’orifice ampullaire du canal semi-circulaire postérieur (Théorie de la cupulolithiase). Ce dépôt rend particulièrement sensible à la gravité ce qui par conséquent, suite à plusieurs mouvements de la tête, provoque des vertiges. Autre explication à ce phénomène, les otholites flottent librement dans le liquide endolymphatique par les canaux semi-circulaires et notamment le canal semi-circulaire postérieur (Théorie de la canalolithiase). Ces cristaux formés par le carbonate de calcium se déplaceront en même temps que les changements de mouvement de la tête. L’inertie du mouvement des otholites par rapport à l'endolymphe en fait la responsable de la stimulation inadaptée de l'orifice du canal semi-circulaire lorsque le déplacement de l'individu a lieu sur le plan spécifique de ce canal.

Kinésithérapie neurologique