Utilizamos cookies propias y de terceros para realizar labores analíticas y mostrarle publicidad relacionada con sus hábitos de navegación. Al continuar navegando aceptas nuestra Política de Cookies.

Traitement d’hydratation des peaux jeunes

L’hydratation est un patrimoine essentiel pour la peau que l’on doit maintenir, protéger et enrichir continuellement pour qu’elle reste jeune, douce et lisse pour plus longtemps. C’est, sans aucun doute, la base de la vitalité et de la beauté cutanée. L’hydratation est un facteur essentiel au maintien de la jeunesse et de la vitalité de la peau, à toute époque et à tout âge. Il faut avoir des connaissances approfondies sur le fonctionnement des mécanismes d’hydratation de la peau pour comprendre comment et pourquoi elle se déshydrate, et le besoin de lui apporter davantage d’hydratation.

De même que l’eau occupe 70 % du corps, cet élément tient aussi une place dominante dans la peau. L’eau est, dans une certaine mesure, la clef de la vitalité et de la beauté de la peau. Lorsque la quantité d’eau est insuffisante la couche cornée de l’épiderme perd de son élasticité et connaît une sensation de raideur, phénomène qui définit le terme de ”peau sèche. A l’inverse, une peau correctement hydratée est douce, lisse et offre un aspect jeune et resplendissant.

Une peau saine est une peau qui maintient des niveaux appropriés de concentration hydrique. La présence d’eau dans le derme et l’épiderme favorise l’ensemble des réactions mitotiques de régénération des cellules cutanées, ce qui contribue au renouvellement de notre peau. Une concentration hydrique optimale est déterminante pour la souplesse de la peau, et par conséquent, pour la prévention de l’apparition des rides d’expression qui se produit avec l’âge et pour la cicatrisation des petites blessures.

Le manque d’ingestion d’eau tout au long de la journée et les problèmes hormonaux influent négativement sur l’assimilation et la fixation de l’eau dans la peau. Cette pénurie se manifeste rapidement sur la surface cutanée par des signes qui ne trompent pas, comme une peau sèche ou ayant tendance à s’irriter.

Le derme, composé principalement d’acides hyaluroniques et polysaccharides, fonctionne comme une réserve d’eau, retenant comme une éponge l’eau que lui apportent les vaisseaux sanguins, la transmettant ensuite à l’épiderme en même temps que les éléments nutritifs dont il peut avoir besoin. Une fois dans l’épiderme, constitué principalement d’acides aminés libres (40%), de prolines (13%) et de lactates (12%), l’eau monte jusqu’à la surface vers la kératine, où elle est retenue par le NMF (Facteur Naturel d’Hydratation), situé sous la couche cornée.

Le problème du NMF est qu’il s’agit d’une substance soluble dans l’eau, ce qui signifie qu’il peut facilement abandonner la peau et diminuer ainsi sa concentration, ce qui provoque une moindre fixation dans l’épiderme. La peau perd de l’eau de deux manières : par la transpiration, qui est un phénomène 35 actif provoqué par les glandes de sudation pour régulariser la température de la peau, et à travers une perte minime, qui se produit par évaporation passive de l’eau à travers l’épiderme. Cette évaporation, bien qu’elle soit moins importante que la sudation, peut aussi s’avérer importante.

Ceci est dû au fait que la peau contient des particules appelées kératinocytes, qui restent unies à travers une sorte de “ciment” – principalement composé de protéines et de lipides disposées à la manière de lames – au travers duquel l’eau ouvre un passage. Plus le tissu est dense et en cohésion, plus l’eau a des difficultés à passer et s’évaporer en surface. Ce mécanisme est connu sous le nom d’effet barrière de l’épiderme.

Il faut souligner l’importance des lipides dans ce processus, car ce sont elles qui contribuent le plus à ce que l"effet barrière” empêche l’évaporation de l’eau. Il est prouvé qu’il ne suffit pas d’apporter de grandes quantités d’eau à la peau pour la maintenir hydratée. Ceci vient du fait que l’effet barrière de la peau agit à double sens : en évitant que l’humidité ne se perde, mais aussi en faisant obstacle en partie à l’absorption de l’eau depuis l’extérieur. Il a aussi été démontré que lorsque la peau est exposée à l’eau d’une manière prolongée, ceci détériore les couches de lipides de la strate cornée et peut provoquer son inflammation.

Il est donc indispensable d’utiliser des formules hydratantes pour compléter les besoins en eau que la peau demande à tout moment et d’attirer le sang du derme jusqu’à l’épiderme pour contribuer à la reproduction des céramides et stimuler la fixation de l’eau sous les couches les plus extérieures de la peau. Les cosmétiques développent leur action hydratante en agissant de différentes manières sur le taux d’imprégnation de l’eau sous les couches externes de l’épiderme :

Action en surface : réalisée par la première génération de formules hydratantes, formées des crèmes qui contiennent des humidifiants (glycérine et glycol) qui agissent à la surface de la peau, comme l’acide hyaluronique, grâce à sa grande capacité de rétention d’eau.

Apport de NMF : à mesure que les recherches ont avancé dans l’étude des mécanismes de la rétention d’eau par la peau, les composants du NMF ont pu être analysés. Cette formule a été reproduite en mélangeant des composants similaires, afin de faire obstacle à la perte de ces molécules, responsables de la rétention d’eau dans l’épiderme.

Apport de céramides : c’est l’innovation la plus récente dans le secteur de l’hydratation cosmétique. Comme nous l’avons déjà mentionné, ces lipides complexes jouent un rôle important dans la constitution du “ciment” qui maintient la cohésion de l’épiderme. Néanmoins, les conditions atmosphériques (le froid) et le vieillissement réduisent considérablement leur quantité. Ainsi, à la fin des années 80 se créèrent les premiers produits avec des céramides, qui compensaient la perte de ces composants naturels de la peau, renforçant ainsi l’effet barrière.

Il en a été déduit que l’hydratation est l’un des processus les plus complexes qui touchent la physiologie de la peau. Il faut ajouter que ce processus est lié à d’autres facteurs ou processus qui affectent aussi la peau. Ainsi, par exemple, quand le rythme du renouvellement cellulaire se voit altéré pour quelque raison que ce soit, ceci affecte la fonction de barrière de l’épiderme et, par extension, son niveau d’hydratation. Par conséquent, les peaux matures, qui se renouvellent plus lentement, demandent des produits qui apportent une hydratation en même temps qu’ils stimulent la rénovation cellulaire.

Les peaux plus jeunes, quant à elles, ont l’habitude de réagir face au stress en augmentant leur rythme de renouvellement cellulaire, ce qui a également des répercussions sur leur niveau d’hydratation et rend nécessaire l’utilisation d’hydratants précis. D’autre part, devant les premiers signes de vieillissement, la peau a aussi besoin d’un apport supplémentaire d’hydratation et d’autres substances spécifiques qui compensent la perte de fermeté et d’élasticité.

Le traitement d’hydratation du visage vise à améliorer la fixation de la molécule d’eau dans le parenchyme cellulaire cutané. Il est nécessaire pour cela de réaliser un traitement AUTOMATIC VITALTERM sur le visage avec un produit hydratant selon les caractéristiques individuelles de chaque client. La plaque passive se situe entre les omoplates et doit rester bien fixée au corps à tout moment. Normalement, la pression exercée par le corps du client allongé sur le fauteuil suffit à assurer le contact total, mais il faut le prévenir de ne bouger à aucun moment. Il est aussi conseillé de bien la fixer à l’aide d’une bande élastique.

L’application de l’équipement doit se réaliser sur tout le visage. La vitesse d’application doit être moyenne et toujours correspondre aux caractéristiques électriques du tissu traité à ce moment-là. La sensation de chaleur est plus importante sur les zones à présence osseuse comme le menton, les pommettes et le front. La puissance d’application doit aussi s’adapter aux propriétés individuelles et se régler tout au long de la cession en fonction des indications subjectives du client.

La taille des applicateurs doit correspondre à la zone de traitement sélectionnée et ne pas excéder la taille naturelle des traits du client. La manipulation de l’applicateur doit être plane sur la superficie de la peau à tout moment, en s’adaptant aux irrégularités propres aux traits du client. Le produit hydratant à utiliser ne doit pas être excessivement gras et doit avoir une texture agréable pour la pénétration.

Il est conseillé de proposer au client une assistance par rapport à ses habitudes alimentaires et de lui conseiller de boire au moins deux litres et demi d’eau par jour. Il est nécessaire de savoir reconnaître une peau déshydratée pour rectifier le problème. Les peaux excessivement hydratées peuvent provoquer des réactions compensatoires en sécrétant davantage de graisse. Ce facteur peut avoir comme conséquence la manifestation de l’acné.

Il est vivement recommandé d’appliquer ce traitement en étant conscient de ces circonstances, 37 car il entraîne non seulement une hydratation en profondeur, mais aussi la régularisation efficace du problème d’acné.

Le rythme de travail recommandé est de 2 à 3 séances d’environ 20 minutes chaque semaine, un jour sur deux. Il est conseillé de suivre entre 10 à 15 séances en fonction de la gravité du problème. Le traitement se complète par une séance d’entretien par mois.

Traitement nutritif des peaux matures

Le problème de la déshydratation est aggravé chez les peaux matures. La diminution du métabolisme de base et, par conséquent, le ralentissement des processus métaboliques provoquent le manque d’hydratation, auquel vient s’ajouter le problème de baisse de la synthèse de collagène et des fibroblastes.

Pour que la peau puisse synthétiser correctement ces éléments vitaux, les produits cosmétiques à appliquer doivent être d’origine nutritive. Ces crèmes possèdent un niveau d’onctuosité qui reflète un contenu plus gras que les crèmes hydratantes.

En pénétrant en profondeur et en activant internement les principes actifs du collagène et de l’élastine, le Système AUTOMATIC VITALTERM permet une meilleure turgescence des peaux matures et une diminution de profondeur des lignes d’expression (yeux, muscle orbiculaire interne, nez, cou).

La procédure de travail est identique au traitement d’hydratation. Le fait que la personne soit plus âgée et dispose donc d’un métabolisme de base plus lent peut augmenter le nombre de séances de traitement de 15 à 20. Dans tous les cas, la professionnelle doit évaluer la procédure à suivre pour chaque client, en fonction des données personnelles comme la qualité de peau, la réaction au terme de la première séance, le degré d’élasticité cutanée, etc.

Kinésithérapie esthétique